ADIEU A WILL BARNES


Will BARNES est décédé le 20 Février 2012, aux côté de son épouse Vickie. Sa mort est une grande perte pour le milieu pro-révolutionnaire, un milieu qu'il a fortement influencé à la fois théoriquement et pratiquement. Will s’était consacré à la révolution prolétarienne : Sur son site, il déclare : "Nous ne cherchons pas une amélioration du travail au sein du capitalisme; nous ne sommes pas réformistes. Plutôt, nous visons à l'abolition de l'ordre capitaliste dans son intégralité. Nous sommes des révolutionnaires, des communistes, et des conseillistes. ... Nous cherchons à ce que les travailleurs s’approprient des idées révolutionnaires ». Bien que je n’aie jamais rencontré personnellement Will, je me sentais proche de lui, de ses idées et ses préoccupations.

En fait, ma première rencontre se fit au travers d’un texte qu’il consacrait à la critique de la science, "Evitons que nos espoirs et nos rêves ne deviennent un cauchemar sans fin : la technologie capitaliste, la science moderne de la nature et la circulation des capitaux". Will était vraiment préoccupé par l'environnement et les tendances de plus en plus destructrices du capitalisme en crise. "Mon marxisme n'est pas Prométhéen ». Mais, je pense qu'il existe des forces dans la nature que l'humanité ne peut pas maîtriser, une perspective que je pense expliquer rationnellement et de manière plutôt convaincante dans l'essai que je viens de mentionner. Je pense, en outre, que le changement climatique est l'une des ces menaces. Une fois que nous touchons un point critique, à l’équilibre naturel, ces forces se déchaînent, de manière logique, et les réalisations humaines qui cherchent l’émancipation sociale commencent à stagner ... La révolution prolétarienne peut arriver trop tard ... "

Will liait ce «point de basculement» au développement des forces productives, à la logique du capitalisme. Il considérait comme l'une de ses tâches préliminaires de démontrer que la science et la technologie capitaliste risquaient de perturber la nature. Fondamentalement il fallait voir ... "la nature terrestre comme un lieu d’affrontement entre les ressources naturelles et les nécessités d’accumulation pour le développement capitaliste ».

Sa préoccupation principale était que la révolution prolétarienne puisse arriver trop tard, cependant, cela ne l'a pas empêché de développer une activité révolutionnaire pratique ... et ses interventions politiques se sont poursuivies tout au long de son existence.

Dans un email datant du 20 Janvier, 2012, un mois avant sa mort, il a déclaré ce qui suit:

Ce 20 Janvier 2012 la mort de Barnes est une perte énorme pour tous : pour ses proches et, pour nous, le petit mouvement révolutionnaire auquel il a contribué richement.

Carol Pour PI

Institute for the Critical Study of Societies of Capital


Home Archives Textes Discussions PI's site anglais Liens