Discussion Autour de la « Lutte » des Travailleurs de VW a Bruxelles


Un Echange avec Temps Critiques

Lors de la grève qui a secoué l’usine VW à Bruxelles, en décembre 2006, Perspective Internationaliste est intervenu dans ce conflit en diffusant un tract. PI a communiqué ce tract au Réseau International de Discussion. Dans ce cadre, JW, participant à la Revue « TEMPS CRITIQUES » a formulé une série de commentaires. Ci-après, nous présentons la revue « TEMPS CRITIQUES », nous publions le tract diffusé par PI et les échanges entre JW et FD de PI.

La revue « TEMPS CRITIQUES » se réfère à la mouvance des « communisateurs ». Je rappelle que parler de communisation, c’est affirmer qu’une révolution future n’aurait de sens émancipateur et de chance de succès qu’en entamant dès ses débuts une transformation communiste sur tous les plans, de la production de nourriture à la manière de la manger, en passant par la façon de se déplacer, de se loger, d’apprendre, de voyager, de lire, de ne rien faire, d’aimer, de ne pas aimer, de débattre et de décider de notre avenir, etc, en évitant la période de transition. Les camarades qui animent cette revue précisent que « Temps critiques » n'est pas une revue confidentielle s'adonnant à la pure théorie, mais plutôt un état des lieux de l'activité critique en France et dans le monde ; un effort pour concevoir une action politique qui tienne compte des transformations du capitalisme et de ses nouvelles contradictions

Ils font le constat des changements opérés dans le fonctionnement de la société capitaliste, et considèrent que le capitalisme à réalisé l’unification de ses formes de domination (institutionnalisation du marché mondial, dissolution des classes-sujets, généralisation des formes politiques de la démocratie autoritaire et gestionnaire).

Ils admettent également que le système a de plus en plus de mal à se reproduire sur la base de ce qui constituait sa valeur fondamentale : le travail. S’il y a bien encore production, si la valorisation n’en continue pas moins, tant bien que mal (elle est davantage financière que productive), sa logique de puissance et de domination qui n’est pas seulement une logique économique, aboutit à une crise du rapport social.

Ils en tirent une conséquence importante : le déclin du rôle historique de la classe ouvrière. Le prolétariat révolutionnaire a fait son temps.

Néanmoins, ils reconnaissent une résurgence d’un mouvement critique, en dehors du prolétariat, mouvement critique qui n’est pas qu’intellectuel. Il s’agit bel et bien d’une critique qui exprime concrètement le refus de la tyrannie du capital et des mythes de la société du travail, le refus d'admettre que les individus soient réductibles à une valeur économique ou sociale.

Pour « Temps Critique » ce mouvement affirme le devenir-autre des rapports entre l'individu et la communauté humaine.

PI Tract VW

Echanges


Home Archives Textes Discussions PI's site anglais Liens